Thaïlande : Le pays idéal pour ton premier voyage solo

Au départ, j’avais réservé une allée simple en Thaïlande, dans le but de traverser directement au Laos. En gros, j’étais partie avec l’idée que le pays était beaucoup trop touristique et tendance en ce moment pour que je puisse aller m’y perdre et être complètement déboussolée. J’avais donc décidé de traverser du sud à la frontière du nord en arrêtant seulement pour visiter un ami à Bangkok & donc, faire du pays un simple transit.

Les deux jours que j’avais prévu passer dans le pays se sont transformés en trois semaines, j’étais sous le charme.

Après avoir fait le bilan, voilà pourquoi je pense que la Thaïlande est une destination incroyable pour un premier voyage en solo et j’ajouterais, pour une femme.

La sécurité

J’étais sur un ferry assez bondé un soir et j’ai décidé de prendre le pouls puis de sortir mon appareil photo. Mis à part un Thaïlandais qui m’a fait un pouce du doigt parce qu’il pensait que j’étais journaliste et un autre qui m’a complimentée sur mon appareil, personne n’a fixé l’objet, je ne me suis pas sentie dévisagée ni enviée, niet! Que le plaisir et la liberté de pouvoir faire de la photo à ma guise.

Tout au long de mon voyage, je n’ai pas senti que je risquais de me faire voler mon équipement, j’étais en confiance. C’est ce que les gens m’inspiraient, en campagne comme en ville.

Le pays du sourire

On ne le surnomme pas comme cela pour rien, les Thaïlandais ont un sourire contagieux et nous rendent de bonne humeur.

Certains m’ont dit qu’ils n’avaient pas ressenti cela, même au contraire. Je n’ai pas visité beaucoup d’endroits touristiques et donc, il est possible que ce soit dans ces coins en particulier que le sourire n’est plus aussi présent. Les Thaïlandais sont très délicats et certains touristes n’adaptent pas leur comportement et font preuve d’un manque de respect face aux coutumes locales. Quoi qu’il en soit, au pays du sourire, souriez et on vous renverra la balle.


Le ‘‘cat-call” n’est pas un sport de compétition

Avant de mettre les pieds en Asie, j’avais toujours voyagé en Amérique. Aux États-Unis, au Mexique, Nicaragua, Costa Rica, Panama etc. bref, j’avais goûté au machisme à un tel point que je ne connaissais pas le sentiment de voyager seule sans se faire achaler par la gent masculine.

Se faire accoster par des hommes à tout bout de champ n’est pas nécessairement synonyme de danger, mais c’est un peu comme une mouche qui choisit ta tête comme piste de course. C’est fatigant. En Amérique latine particulièrement, c’est le genre de chose que l’on retrouve beaucoup. Encore plus, je trouve, dans les régions côtières.

Lorsque nous ne sommes pas habituées à cela, se faire héler en pleine rue peut être déstabilisant ou incommodant. En Thaïlande, vous n’aurez pas ce problème dans la plupart des régions du pays.


Les Thaïlandais sont curieux

Un après-midi, je traversais une ville afin de rejoindre un port dans le pays. J’étais dans un petit autobus de style vannette avec plein d’écoliers, beaucoup de filles. Durant tout le trajet, elles m’ont posé mille et une questions sur là d’où je venais, si je voyageais seule, où j’allais, comment c’était là-bas d’où je viens. C’était adorable.

J’ai trouvé la population très curieuse face aux étrangers et c’est une ouverture que l’on ne peut qu’apprécier.

Des prix abordables

Mis à part le billet d’avion qui varie entre 1000 et 2000$, le coût de vie sur place est très abordable.

Même au niveau du billet d’avion, magasinez bien, j’ai réussi à avoir à 800$ l’an dernier. Étant donné que je voyageais pour la première fois avec mon équipement photo, j’ai choisi davantage des chambres privées dans des auberges ou des hôtels tranquilles. Dépendant des villes le prix pour une chambre privée par nuit tournait autour de 10-15$. Je me suis payée du luxe environ 4 jours à mon arrivée le temps de me remettre du décalage horaire et on parle de luxe à 24$ la nuit. Grande chambre avec lit queen, douche vitrée et tout le tralala. Le plus cher a été à Bangkok, une petite chambre privée pour environ 30$.

Par contre, les auberges de jeunesse sont très peu cher et idéales pour se faire des amis. Surtout pour un premier voyage solo, je conseille ce genre d’endroit pour mieux vivre le dépaysement.


Du nord au sud en un claquement de doigts

Une chose que j’ai adoré du pays c’est le système de transport. Pour se déplacer d’un village ou d’une ville à une autre, on propose des taxis ou transports pour touristes, mais si vous êtes moindrement débrouillard, repérez les camionnettes. Avec aussi peu que 2$ on peut parfois faire jusqu’à 50km.

J’ai aussi aimé les autobus de nuit. On embarque le soir et on se réveille le matin à destination, donc on ne perd pas une journée dans les transports. Apportez-vous une petite laine par contre, car ça peut être froid.

Mon ami Din qui vit à Bangkok m’a également dit qu’ici, lorsque les hommes terminent leurs études, la plupart vont vivre dans un monastère et deviennent moines avant de poursuivre leur vie professionnelle et de fonder une famille. C’est peut-être ce qui explique en partie l’attitude assez zen de beaucoup de Thaïlandais.

bangkok thailande voyage solo
Thailande femme voyage

Que ce soit pour un premier voyage en solo ou un centième voyage, la Thaïlande est un pays incroyable a découvrir. Personnellement, la sécurité du pays a fait énormément plaisir à l’aventurière en moi. D’ailleurs, vous ai-je raconté comment je me suis retrouvée à vivre dans une cabane de bois sans eau ni électricité sur une rizière au sein d’une tribu en Thaïlande? Ah le voyage...


À lire également

thailande voyage solo femme