Voyager pour fuir la réalité

Parcourir le monde, c'est la passion et le rêve de beaucoup de gens de ma génération. On ne peut nous blâmer, on est plus libre que jamais, on a le privilège de pouvoir prendre l'avion et être à l'autre bout du monde en un clin d'oeil. Nous sommes assoiffés de découvertes et de nouveautés, probablement parce que grâce au fait qu'on soit tous connectés, on peut voir que les possibilités sont infinies. Nos parents n'avaient pas autant de choix que  nous, la plupart ne se posaient probablement pas des questions du genre ; dans quel pays je veux vivre plus tard, est-ce que je prends une année sabbatique pour faire le tour du monde ou encore, est-ce que j'arriverais à vivre de mon blog?

Les gens de ma génération, on se fait souvent dire que nous sommes rêveurs, que nous ne sommes pas travaillants, qu'on veut simplement s'amuser et qu'on voyage pour fuir la réalité.

Mais quelle réalité?

Voyager c'est justement de découvrir d'autres réalités que celle dans laquelle on a baigné depuis toujours.

Notre réalité de nord-Américain est loin, très loin d'être la réalité de tous les peuples du monde. Près d'un milliard de personnes sur terre vivre avec moins de 2 dollars par jour, c'est une réalité. Loin de la nôtre peut-être, mais c'est la réalité de bien des peuples. Voyager permet de s'ouvrir et d'en apprendre plus sur ces autres réalités, celles que la plupart des gens ne voient qu'à travers leur téléviseur ou dans les journaux qu'ils lisent en se rendant au boulot le matin.

“Travel makes one modest. You see what a tiny place you occupy in the world.” 
― Gustave Flaubert

Le voyageur ne fuit pas, il a soif de découvertes, d'aventures et d'ouverture sur le monde. Il n'a pas peur d'être bouleversé ni choqué au contraire, il préfère cela plutôt que de vivre sans voir. 

Fuir la réalité, c'est de vivre dans une bulle de confort, c'est d'avancer dans la vie avec des oeillères, choisissant ce que l'on veut et ce que l'on ne veut pas voir.

Si autant de jeunes adultes sont aussi indécis sur quoi faire plus tard, si nous sommes autant accroc à la liberté c'est qu'aujourd'hui on voit tout ce qui est possible de faire,  on voit qu'on peut réussir de mille et une façons.

On peut découvrir le monde si facilement, on peut aller partout, tout est accessible, c'est d'ailleurs probablement pourquoi la plupart des gens de notre génération nous ne nous satisfaisons plus que de la carrière et de la maison. Pourquoi rester? Pourquoi se sédentariser alors qu'un monde si grandiose est à notre portée. Quel dommage ce serait de ne pas en profiter. 

On  a besoin plus que jamais de s'ouvrir et de découvrir les autres cultures. Pour le bien de notre monde, on doit briser les préjugés, arrêter de croire tout ce qu'on nous dit dans les médias et s'éduquer soi-même pour ne pas vivre dans l'ignorance, pour ne pas être des marionnettes que l'on contrôlent. On doit cultiver notre savoir et développer notre sens critique pour rester maître de notre vie. 

Le monde n'est pas terrifiant, l'humain n'est pas égoïste, nous sommes tous interdépendants. Les gens sont à la base généreux et fondamentalement bons, mais si on reste devant la télé à laisser ceux qui gouvernent nous aveugler par la peur, on en saura rien.

Il faut voyager, aller voir réellement comment ça se passe ailleurs plutôt que de croire les yeux fermés. 

Le savoir, l'ouverture et la compassion sont nos armes les plus puissantes.

La peur, la fermeture et le jugement, c'est l'ignorance et l'étroitesse d'esprit. C'est ce qui enlèvent aux gens leur fierté et fait d'eux des êtres effrayés facile à contrôler.

Le voyageur ne fuit pas la réalité, il s'ouvre à toutes les réalités de ce monde. Il crée des portes plutôt que des murs.

Le voyage c'est beaucoup plus que de s'amuser, c'est surtout la meilleure façon d'apprendre à rester maître de sa vie, c'est apprendre à se découvrir soi-même dans plusieurs situations, à développer son sens critique et grandir avec de la confiance en soi & en notre monde.

Voyager c'est s'ouvrir, aimer sans peur, briser l'illusion des frontières un pays à la fois. Voyager c'est prendre conscience que notre monde n'est qu'un et que la différence est la plus grande de nos richesses.