Ils ne comprennent pas vos choix. Et alors?

Ils ne comprennent pas votre désir de voyager, de prendre le risque de vivre de vos créations, votre besoin de quitter votre parfait copain ni votre aspiration à faire les choses différemment.

Tout cela leur semble tordu et irresponsable. Je ne sais pas d'ou vient ce besoin que des gens ont de se prétendre de grands sages face aux choix de vie des autres. Dès que les projets de certains sortent de l'ordinaire, d'autres s'empressent de donner leur opinion de façon pas toujours legit. Ne serait-ce pas de la jalousie ou une envie d'avoir le guts de faire pareil? Serait-ce parce que prendre des risques et sortir de la routine les intimident? Ou pour se rassurer essaient-ils d'influencer les autres à ne pas trop sortir de la norme?

Peut-être, mais l'important, ce n'est pas de comprendre la réaction de ces gens. Le bout de chemin qu'on a à faire n'est pas de tenter de convaincre les autres que notre idée est la bonne mais plutôt de mettre cette énergie dans la réalisation de nos projets. 

 

Il y a une citation que j'aime bien qui va comme suit : 

Si tout le monde sait où tu vas, tu n'arriveras jamais à destination. Laisse-les croire que tu dors.

À force de chercher l'approbation des autres, on ne fait rien. Bien que les gens qui n'approuvent pas nos choix sont souvent ceux qui prétendent avoir notre bonheur à coeur, rien n'est plus faux. Les gens qui veulent notre bonheur sont ceux qui nous encouragent à poursuivre ce qui semble nous apporter celui-ci, les gens qui veulent notre bonheur écoutent sans juger ni prétendre qu'ils savent exactement ce qui est bon pour nous, car ça, on est le seul à le savoir. 

J'avais peur que ma mère soit triste quand je lui ai dit que je partirais probablement vivre en Amérique Latine. Ça fait cinq ans que j'en parle et les expériences que j'ai vécues cette année m'ont fait beaucoup réfléchir et ma décision s'est prise plus tôt que prévu. La seule chose qu'elle m'a répondu est ceci: Élise, l'important c'est que tu sois heureuse. Je vous ai toujours éduqué ton frère et toi à construire votre propre voie et poursuivre vos rêves. 

Cette réponse illustre le contraste évident entre vouloir le bonheur de l'autre & prétendre vouloir que l'autre soit heureux. Car aimer quelqu'un et vouloir son bonheur signifie d'abord et avant tout, l'encourager à suivre sa propre voie.

J'ai longtemps cru que l'amour était de bâtir ensemble, de construire quelque chose de nouveau en faisant des compromis, en laissant une partie de soi de côté pour mieux compléter l'autre, mais finalement je réalise que l'amour signifie d'abord de laisser l'autre faire son sac, prendre ses cliques pis ses claques et suivre son propre chemin. 

Si quelqu'un tente de te retenir de suivre ton coeur, c'est peut-être qu'il ne mérite pas le tien. Vivre heureux, ça commence par soi. Je l'ai dit à plusieurs reprises, partir à la poursuite de ses rêves n'est pas un signe d'infidélité envers les autres mais plutôt une preuve de fidélité envers soi.

 

Elise BernierComment