Quand le temps s'arrête

Ils sont rares et éphémères, c’est peut-être pourquoi ils sont si extraordinaires, ces moments où le temps s’arrête. Non seulement il semble s’être arrêté mais on pourrait croire que celui-ci n’existe plus.

 

C’est comme entrer dans une autre dimension. Un moment où l’on est nulle part ailleurs, où notre esprit est entièrement ouvert & réceptif. Ces moments, je peux les compter sur les doigts d’une seule main. Comme ce soir là, en Thailande, devant un coucher de soleil extraordinaire j'ai observé longuement cette fillette jouer dans le sable. Mon esprit était complètement captivé par la scène qui se dessinait devant moi. Les couleurs, la lumière, les mouvements & le son de la mer, tout s'alignait parfaitement.  Mon appareil photo à la main, mon esprit libre de toute pensée, ces quelques minutes qui marqueront ma vie à jamais. Ces moments sont si rares que quand l’un d’eux se présente on fait tout pour le vivre au maximum, car ils passent sans qu’on puisse les retenir ni les contrôler, c’est un état d’âme passager qui ne reste qu’un instant mais qui marque nos souvenirs à jamais. La beauté de l'impermanence. 

 

Je ne parle pas de moment fort comme tomber en amour ou être excité d’un accomplissement, mais plutôt d’un instant où plus rien n'existe, un moment où l’on se sent vivant tout simplement. Un moment où plus rien n’a d’importance,  ni nos proches, ni notre emploi, ni nos compétences, rien. C’est dans ces moments où on a l’impression de voir si clair, comme si tout le bruit de la vie quotidienne disparaissait un instant. 

 

C’est dans ces moments qu’on réalise à quel point les agitations de la vie de tous les jours, qui nous paraissent parfois comme des montagnes n’ont que l’importance que celle qu’on leur accorde.

 

Le temps est subjectif. Certains disent qu’il passe vite, d’autres trouvent que celui-ci est long. Plusieurs courent après le futur pour ensuite regretter de ne pas avoir assez profité du passé alors que d’autres passent leur vie à vivre entre le passé et le futur mais ne sont jamais réellement dans le présent.  Mais le temps ne change pas, peu importe ce qui se passe dans nos vies, le soleil continue de se lever à chaque matin, les marées montent et puis descendent, le swell part et puis revient. Même si on a tendance à se placer au centre de l’univers, à parfois voir nos soucis comme la fin du monde, celui-ci n’existe pas dans le monde humain. L’univers ne se préoccupe pas que nous perdions notre emploi, notre conjoint ou un parent puisque celui-ci est le seul qui ne soit pas éphémère et que peu importe ce qui nous arrive, la terre ne cessera pas de tourner.

 

Le bonheur est dans l’intangible et le permanent, le bonheur, c’est accepter qu’on est pas le centre du monde, c’est de profiter des moments qui passent sans laisser ceux-ci nous définir. Le bonheur, c’est ne pas voir le temps comme une pression ou quelque chose qui nous guette mais plutôt de lâcher prise et d’accepter que celui-ci est incontrôlable. Quand on accepte qu’à la fin, ce n'est pas nous qui aura le dernier mot, on a d’autre choix que de profiter de la vie.

Elise Bernier1 Comment